Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 12:33

 Elles seraient plusieurs centaines de millions dans le monde. Ces personnes avaient toutes pris l'habitude de sauvegarder des copies de leur travail sur le site de MegaUpload. Certaines d'entre elles payaient même un abonnement pour pouvoir les stocker. Ces internautes constituaient donc la part des « clients légaux » de la plate-forme d'hébergement. Mais aujourd'hui, ils sont les victimes malheureuses de la fermeture du site d'hébergement.

 

Megaupload downLe 19 janvier dernier, la liquidation de MegaUpload a entraîné la disparition de nombreuses données... Certaines étaient pourtant téléchargées en toute légalité ! C'est le cas pour plusieurs millions de personnes qui sauvegardaient leur travail quotidien par exemple.

 

On sait que MegaUpload faisait appel à des sous-traitants (Carpathia et Cogent) pour héberger les milliards de fichiers reçus. Or, les comptes du leader du download étant bloqués, les sites hébergeurs ne sont plus rémunérés et donc ils n'ont plus l'obligation de conserver les précieuses données.

 

La justice américaine a donné son feu vert pour que les sous-traitants puissent se débarrasser de ces milliars de fichiers d'ici 15 jours. Des milliers de tétraoctets devraient donc être supprimés. Mais, tout n'est pas encore perdu. Les « victimes » ont encore 15 jours pour tenter une action.

 

Selon l'avocat spécialisé dans les nouvelles technologies, Maître Etienne Wéry il n'y a que deux recours possibles. D'abord, « un premier recours est à faire contre MegaUpload qui est leur prestataire de services. Or, étant donné leur situation actuelle, il n’y a pas grand-chose à attendre de ce côté-là pour le moment » Ensuite, « la deuxième possibilité est une plainte collective des utilisateurs contre les hébergeurs pour les forcer à restituer les données n’ayant rien d’illicite. Mais cette procédure est très couteuse aux États-Unis et il faut parvenir à démontrer que les plaignants ont subi un dommage irréparable et que les hébergeurs ont commis une faute. »

 

Cependant, pour Maître Etienne Wéry, les fichiers pourraient bien être encore préservés pour le procès. « Effacer les données des serveurs pourrait procurer un avantage à la défense qui mettrait alors en avant le fait qu’elle n’a pas droit à un procès équitable puisqu’elle ne peut pas apporter la preuve de la présence de contenus licites. » Les clefs de cette affaire demeurent donc pour le moment dans les mains des deux agences Carpathia et Cogent.

 

megaupload-copie-1.jpg

 

(Interview de Maître Etienne Wéry : ici)

 

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

A lire également : MegaUpload le Phénix renaîtra-t-il de ses cendres ?

 A lire également : M pour MegaUpload

A lire également : Pourquoi WikiLeaks et les Anonymous ont raison de s'associer ?

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

Partager cet article

Repost 0
Published by onamarchesurlaune - dans Multimédia
commenter cet article

commentaires