Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 16:42

 

Candidat déclaré ou non, le temps de parole de Nicolas Sarkozy sera décompté. En effet, demain, le président de la République devrait évoquer le bilan de son quiquennat à la télévision. L'organisme de contrôle de l'audiovisuel assure que même si le chef de l'Etat n'est pas officiellement candidat, il sera traité comme tel.


temps-parole-csa-conseil-detat-sarkozy-mediac-L-1.png

Le CSA décomptera le temps de parole du Président. L'organisme de contrôle répond ainsi à une demande du député du Parti Socialiste Didier Mathus. « Dans sa recommandation du 30 novembre 2011 relative à l'élection présidentielle, le Conseil impose aux chaînes de décompter le temps de parole du président de la République, ainsi que le temps d'antenne qui lui est consacré, lorsqu'il intervient en tant que  "candidat présumé", » a indiqué le président du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel Michel Boyon. « C'est notamment le cas pour celles de ses interventions qui contribuent à dresser un bilan de l'action passée ou qui exposent les éléments d'un programme politique », a détaillé le président du CSA. En revanche, les propos "régaliens", comme un hommage aux soldats français en Afghanistan, par exemple, ne seront pas décomptés.

 

Néanmoins, Didier Mathus reste septique. Pour lui, l'intervention présidentielle est une atteinte « à l'équité de traitement entre candidats », puisque « le président sortant-candidat monopolisera six chaînes au même moment ». En effet, vous pourrez suivre son allocution sur TF1, France 2, i-Télé, BFM TV, LCI mais aussi sur les chaînes parlementaires. Une opinion partagée par le secrétaire national du PS chargé des médias. Patrick Bloche a estimé que Nicolas Sarkozy « monopolise une nouvelle fois les antennes » pour « sa communication ». Il regrette que cela ne « semble pourtant pas émouvoir » le CSA.

 

Du côté de l'organisme de contrôle, Michel Boyon se défend de tout favoritisme. « Le choix d'une personnalité politique reçue pour répondre aux questions de journalistes relève entièrement de la liberté éditoriale des chaînes ». Cependant, « Le Conseil veillera à ce que les équilibres exigés par les textes (...) soient respectés », a-t-il conclu.

 

 

tps-de-paroles-csa.jpg

 

Partager cet article

Repost 0
Published by onamarchesurlaune - dans Politique
commenter cet article

commentaires