Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 15:09

anonymous-wikileaks.jpgLe site de Julian Assange et les Anonymous marchent main dans la main. Depuis lundi, ces défenseurs de la liberté sur la toile ont publié des millions de courriels dérobés à la société de renseignement privée Stratfor.

 

Une fois encore,  WikiLeaks s'associe avec les  Anonymous (NDLR : ils avaient déjà uni leurs forces pour les e-mails de Sarah Palin). Depuis le début de la semaine, près de cinq millions de courriels provenant de Stratfor ont été dévoilés sur le web grâce à WikiLeaks. Ces courriers électroniques, les Anonymous se les sont procurés lors d' une attaque survenue en décembre dernier. Une alliance qui semble profiter aux deux partenaires.

 

Pour  WikiLeaks, c'est une chance car depuis quelques temps l'organisation est en mauvaise posture. Le mouvement de Julian Assange a d'abord subi les ennuis judiciaires de son fondateur. Ensuite, l'organisation aurait aussi de gros soucis financiers. « WikiLeaks survit sur ses réserves d'argent depuis onze mois. Le blocus [imposé par plusieurs services dont Visa, Mastercard, Bank of America, Paypal et Western Union NDLR] a coûté à l'organisation des dizaines de millions de livres en donations perdues. », avait expliqué l'organisation dans un communiqué en octobre dernier.

 

Selon Cole Stryker, auteur d' Epic win for Anonymous, cette association est un moyen de sortir de l'ombre : « Si les Anonymous continuent d'abreuver WikiLeaks de documents, le site pourrait retourner à la position proéminente qu'il semble avoir perdu à cause de difficultés techniques, de problèmes légaux, de bisbilles internes et de conflits avec leurs médias partenaires. Peut-être que la seule chose qui puisse le sauver est une source fraîche de nouvelles fuites. »

 

Plus de « crédibilité » pour les hackers

 

Pour les  Anonymous, ces données ont tout simplement été confiées à  WikiLeaks parce que cette organisation est plus en mesure « d'analyser et de diffuser » ce type d'informations. « C'est le partenaire idéal pour ce genre de trucs. On se procure les documents, et WikiLeaks les publie de manière appropriée. J'espère que ce n'est que le commencement d'une belle relation. », explique l'un des pirates.

 

Ensuite,  WikiLeaks peut être un moyen d'accéder à une plus grande médiatisation. « Avant MegaUpload, personne n'aurait eu l'idée de demander une interview des Anonymous : les médias s'y intéressent de plus en plus. Ça les agite beaucoup : ils cherchent un moyen de gérer les médias et WikiLeaks peut servir de pare-feu, d'interface. », remarque Frédéric Bardeau, auteur de  Anonymous, peuvent-ils changer le monde ?.

 

Enfin, Cole Stryker est du même avis. D'ailleurs, c'est aussi un moyen pour les hackers d'être pris encore plus au sérieux : « WikiLeaks fournit aux Anonymous un canal d'expression publique. Les médias font confiance à WikiLeaks, [qui] ajoute une couche de crédibilité à toute fuite qu'ils publient. C'est la première fois que les Anonymous coopérent avec une entité “en dur”, conférant une légitimité politique sans précédent à ce groupe souvent discutable. » 

 

« Avec cette nouvelle collaboration, les Anonymous ont obtenu une crédibilité nouvelle, et WikiLeaks une source extrêmement précieuse. Cette étrange symbiose fournit à chacun exactement ce dont il a besoin pour continuer. Une nouvelle ère de l'activisme et de la transparence pourrait bien avoir commencé. », conclue Cole Stryker.

 

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

A lire également : MegaUpload : que vont devenir les données stockées ?

 A lire également : M pour MegaUpload

 A lire également : MegaUpload le Phénix renaîtra-t-il de ses cendres ?

A lire également : Anonymous : ils expliquent leur combat 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by onamarchesurlaune - dans Multimédia
commenter cet article

commentaires