Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 18:43

Les vacances de février commencent ce soir pour la zone A (Académies de Caen, Clermont-Ferrand, Grenoble, Lyon, Montpellier, Nancy-Metz, Nantes, Rennes et Toulouse). Certains d'entre vous vont prendre la route pour les stations de sports d'hiver. Jean-Marc Simon est directeur du syndicat des moniteurs de Ski Français de l'Isère. Il nous rappelle les principales règles de sécurité à respecter.

 

ski-vacances.jpg

 

Comme sur la route, pour éviter les dangers il ne faut pas oublier que l'on n'est pas seul sur les pistes de ski. Pour votre sécurité des régles sont en vigueur. Le skieur aval a priorité sur le skieur amont. «  C'est celui qui arrive par derrière qui doit faire attention à l'autre qui ne le voit pas. Il doit donc prendre les mesures nécessaires pour éviter le skieur vers lequel il va. » explique Jean-Marc Simon, directeur du syndicat des moniteurs de Ski Français de l'Isère.

 

Ensuite, stationner derrière une bosse est une pratique très dangereuse. « Tout simplement parce que celui qui est de l'autre côté de la bosse ne voit pas ce qui se passe en dessous. » Même si Jean-Marc Simon avoue que dans ce cas le skieur « devrait avoir la mesure de prudence de ne pas sauter s'il ne voit pas ce qu'il y a. » Quoi qu'il en soit, il vaut mieux éviter de tenter le diable !

 

Enfin, il faut bien se rendre compte qu'une fois chaussés, vous devez être maître de vos skis ! Une des consignes essentielles est bien sûr « de contrôler sa vitesse » alerte-t-il.

 

Précautions à prendre pour le hors piste

 

Pour Jean-Marc Simon, la pratique du hors piste est impensable si elle n'est pas préparée à l'avance. Avant de sortir des terrains balisés, il faut se poser plusieurs questions .

 

D'abord, il faut évaluer le niveau des personnes qui participent à cette excursion. « Les skieurs devront également prendre connaissance de toutes les informations météo nécessaires », met en garde Jean-Marc Simon. L'itinéraire doit être connu. Enfin, il vaut mieux prévenir que guérir, chaque participant doit avoir un moyen de contacter les secours .

 

La plus grande menace demeure la sous-évaluation du danger. « On ne s'aventure pas hors piste parce qu'il fait beau ou parce qu'on a l'impression que ce n'est pas mal aujourd'hui. » Selon notre spécialiste, la plus grosse erreur serait de pénétrer dans un domaine simplement parce qu'on voit des traces. « C'est bien la pire des logiques ! Car les traces, on ne sait pas de quand elles datent ou encore qui les a faîtes. », décrit-il.

 

La France est le deuxième pays, après les Etats-Unis, en nombre de skieurs accueillis. Une statistique qui multiplie forcément les risques d'accidents. « Donc beaucoup de prudence, il faut savoir ce que l'on fait » conclue-t-il.

Partager cet article

Repost 0
Published by onamarchesurlaune - dans Sports
commenter cet article

commentaires