Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 21:37

Demain, c'est le grand jour ! MegaUpload devrait rouvrir ses portes sous l'appellation simplifiée « Mega ».

 

NEW MEGA UP LOAD

 

Les amateurs de téléchargements scrutent avec impatience le site : www.mega.co.nz. Car, oui, un an jour pour jour depuis la disparition prématurée de MegaUpload , un nouveau site appelé « Mega » devrait s'activer demain, un peu avant 19h. Une véritable revanche pour Kim Schmitz, alias Kim Dotcom, qui depuis ces dernières semaines ne manque pas de se moquer des autorités américaines via Twitter. Son compte lui permet d'ailleurs de publier des captures d'écrans du futur site de partage.

 

Concrètement, la plate-forme proposera gratuitement à chacun de ses utilisateurs un espace de 50 Go de stockage. Afin d'éviter les éventuelles attaques en justice des ayants droit, les fichiers seront cryptés et une clé de chiffrement sera nécessaire afin de pouvoir les consulter.

 

Kim Dotcom souhaiterait redonner leurs privilèges aux anciens membres Premium du service de téléchargements de l'ancien MegaUpload, autrement dit ceux qui payaient de façon annuelle ou mensuelle un abonnement pourront bénéficier du service en illimité. Enfin, le créateur des sites Mega voudrait que la justice accepte de redonner les données confisquées aux utilisateurs lors de la fermeture du site il y a un an. Mais, selon ses avocats, cette demande semble pour le moment impossible.

 

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

A lire également MegaUpload : le phénix renaîtra-t-il de ses cendres ?

A lire également : MegaUpload : que vont devenir les données stockées ?

 A lire également : M pour MegaUpload

A lire également : Pourquoi WikiLeaks et les Anonymous ont raison de s'associer ?

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Repost 0
Published by onamarchesurlaune - dans Multimédia
commenter cet article
23 août 2012 4 23 /08 /août /2012 16:42

 Kim Dotcom a annoncé l'arrivée prochaine d'un nouveau service de vente de musique mais aussi le retour prochain de MegaUpload.

 

kim-dotcom.jpg

 

En janvier dernier, MegaUpload  avait malgré lui laissé orphelins tous les internautes avides de connaissances multiculturelles. En un instant, la planète cybernétique avait dû dire adieu aux téléchargements libres de films, de séries ou encore de musiques en tout genre. Beaucoup de streamings (MegaVideo) avaient, eux aussi, tiré leur révérence. En effet, les autorités américaines avaient alors supprimé tous ces passe-droits.

 

Mais depuis quelques jours, sur la toile, Kim Schmitz alias Kim Dotcom, semble avoir de nombreux projets. Et ce ne sont pas les internautes qui vont s'en plaindre ! L’énigmatique créateur de MegaUpload a déclaré ouvertement sur Twitter le retour de ce service : « Je sais ce que vous attendez tous. Il arrive. Cette année. Juré. Plus gros. Plus performant. Plus rapide. 100% sécurisé et indestructible. » De quoi faire sourire les amateurs de cette plate-forme de téléchargements, interdite depuis plusieurs mois.

Sans titre 2

 

Actuellement en liberté surveillée en Nouvelle-Zélande, Kim Dotcom désire également lancer MegaBox. Ce service aura pour vocation de commercialiser de la musique en ligne, tout en reversant 90% du prix de vente aux artistes eux-mêmes. Un projet un peu fou mais qui vise à attaquer directement le système des maisons de disques en réduisant leurs marges bénéficiaires, au profit des artistes. De quoi faire grincer les dents des grands patrons d'Universal et autres Itunes. Pour rappel, ce projet n'est pas nouveau. C'est d'ailleurs peu après avoir évoqué l'arrivée prochaine de ce service que Kim Dotcom avait été arrêté en janvier dernier.

 

La roue serait-elle en train de tourner ?

 

De son côté, le groupe Megaest très soutenue par les musiciens. En décembre 2011, des chanteurs américains comme Alicia Keys, Puff Dady, Snoop Dogg ou encore Kanye West avaient participé à un clip promotionnel de MegaUpload. Cependant, même si beaucoup d'engouements se dégagent des projets de Mega comment cette nouvelle plate-forme va-t-elle être financée ? Une question à ne pas négliger puisqu'en attendant son procès, la justice américaine a gelé la plupart des comptes bancaires de Kim Dotcom (soit environ 50 millions de dollars).

 

Mais tout n'est pas perdu ! Car même si le groupe Mega est toujours accusé par le FBI d'escroquerie et violation de droits d'auteur, les tribunaux néo-zélandais ont estimé que la perquisition policière des biens de Kim Dotcom était strictement illégale. Même conclusion, concernant les données informatiques saisies par les autorités américaines. La justice néo-zélandaise a autorisé Kim Dotcom à consulter les documents de l'accusation le 16 août dernier afin de lui permettre de contester sa demande d'extradition. En outre, le procès, initialement prévu le 20 août, a été repoussé au 25 mars 2013. Ce jugement pourrait ainsi permettre à Kim Dotcom de récupérer son argent et ses biens (ce qui représenterait près de 200 millions de dollars). De quoi rebooster le créateur de MegaUpload !

       

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

A lire également : MegaUpload : que vont devenir les données stockées ?

 A lire également : M pour MegaUpload

A lire également : Pourquoi WikiLeaks et les Anonymous ont raison de s'associer ?

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

Repost 0
Published by onamarchesurlaune - dans Multimédia
commenter cet article
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 17:41

Le leader des jeux sur les réseaux sociaux souhaite lancer sa propre plate-forme. Zynga.com reprendra bien entendu tous ses best-sellers (comme CityVille) mais devrait sortir de nouvelles applications.


Zynga.jpg 

Les applications de l'éditeur Zynga ne seront bientôt plus uniquement disponibles sur Facebook. Jeudi, le leader des jeux sociaux en ligne a annoncé l'ouverture prochaine de sa plate-forme. Le site devrait ouvrir d'ici quelques semaines.  Zynga.com commencera par proposer ses titres bien connus des utilisateurs de Facebook : CastleVille, Words With Friends, CityVille, Hidden Chronicles et Zynga Poker. L'éditeur devrait ensuite offrir de nouveaux jeux.

 

Le groupe dirigé par Mark Pincus tire 95% de ses revenus par sa présence sur Facebook. Zynga y attire près de 200 millions d'usagers par mois. Par ce nouveau moyen d'accès, l'éditeur devrait séduire de nouveaux utilisateurs. D'autant que le site sera disponible dans près de 16 langues. « Nous avons construit Zynga.com pour donner à nos joueurs plus de façons de se connecter et de jouer à de formidables jeux sociaux, qu'ils soient conçus par Zynga ou d'autres développeurs talentueux », a expliqué le fondateur et patron de l'entreprise, Mark Pincus.

 

Zynga désire donc prendre son indépendance. Cependant, des passerelles seront toujours possibles entre l'éditeur et les réseaux sociaux. Les joueurs pourront garder leurs identifiants pour se connecter. Ils auront ainsi la possibilité de continuer de suivre l'évolution de leurs amis gamers. Les amateurs de ces applications pourront aussi gagner de nouveaux compagnons de jeux. « On peut se faire des zFriends pour découvrir ce qu'il faut faire pour rapidement changer de niveau dans les jeux, et garder privées ses photos de famille et ses histoires personnelles sur Facebook », a expliqué Manuel Bronstein, directeur général de Zynga.

Repost 0
Published by onamarchesurlaune - dans Multimédia
commenter cet article
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 15:09

anonymous-wikileaks.jpgLe site de Julian Assange et les Anonymous marchent main dans la main. Depuis lundi, ces défenseurs de la liberté sur la toile ont publié des millions de courriels dérobés à la société de renseignement privée Stratfor.

 

Une fois encore,  WikiLeaks s'associe avec les  Anonymous (NDLR : ils avaient déjà uni leurs forces pour les e-mails de Sarah Palin). Depuis le début de la semaine, près de cinq millions de courriels provenant de Stratfor ont été dévoilés sur le web grâce à WikiLeaks. Ces courriers électroniques, les Anonymous se les sont procurés lors d' une attaque survenue en décembre dernier. Une alliance qui semble profiter aux deux partenaires.

 

Pour  WikiLeaks, c'est une chance car depuis quelques temps l'organisation est en mauvaise posture. Le mouvement de Julian Assange a d'abord subi les ennuis judiciaires de son fondateur. Ensuite, l'organisation aurait aussi de gros soucis financiers. « WikiLeaks survit sur ses réserves d'argent depuis onze mois. Le blocus [imposé par plusieurs services dont Visa, Mastercard, Bank of America, Paypal et Western Union NDLR] a coûté à l'organisation des dizaines de millions de livres en donations perdues. », avait expliqué l'organisation dans un communiqué en octobre dernier.

 

Selon Cole Stryker, auteur d' Epic win for Anonymous, cette association est un moyen de sortir de l'ombre : « Si les Anonymous continuent d'abreuver WikiLeaks de documents, le site pourrait retourner à la position proéminente qu'il semble avoir perdu à cause de difficultés techniques, de problèmes légaux, de bisbilles internes et de conflits avec leurs médias partenaires. Peut-être que la seule chose qui puisse le sauver est une source fraîche de nouvelles fuites. »

 

Plus de « crédibilité » pour les hackers

 

Pour les  Anonymous, ces données ont tout simplement été confiées à  WikiLeaks parce que cette organisation est plus en mesure « d'analyser et de diffuser » ce type d'informations. « C'est le partenaire idéal pour ce genre de trucs. On se procure les documents, et WikiLeaks les publie de manière appropriée. J'espère que ce n'est que le commencement d'une belle relation. », explique l'un des pirates.

 

Ensuite,  WikiLeaks peut être un moyen d'accéder à une plus grande médiatisation. « Avant MegaUpload, personne n'aurait eu l'idée de demander une interview des Anonymous : les médias s'y intéressent de plus en plus. Ça les agite beaucoup : ils cherchent un moyen de gérer les médias et WikiLeaks peut servir de pare-feu, d'interface. », remarque Frédéric Bardeau, auteur de  Anonymous, peuvent-ils changer le monde ?.

 

Enfin, Cole Stryker est du même avis. D'ailleurs, c'est aussi un moyen pour les hackers d'être pris encore plus au sérieux : « WikiLeaks fournit aux Anonymous un canal d'expression publique. Les médias font confiance à WikiLeaks, [qui] ajoute une couche de crédibilité à toute fuite qu'ils publient. C'est la première fois que les Anonymous coopérent avec une entité “en dur”, conférant une légitimité politique sans précédent à ce groupe souvent discutable. » 

 

« Avec cette nouvelle collaboration, les Anonymous ont obtenu une crédibilité nouvelle, et WikiLeaks une source extrêmement précieuse. Cette étrange symbiose fournit à chacun exactement ce dont il a besoin pour continuer. Une nouvelle ère de l'activisme et de la transparence pourrait bien avoir commencé. », conclue Cole Stryker.

 

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

A lire également : MegaUpload : que vont devenir les données stockées ?

 A lire également : M pour MegaUpload

 A lire également : MegaUpload le Phénix renaîtra-t-il de ses cendres ?

A lire également : Anonymous : ils expliquent leur combat 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

 

Repost 0
Published by onamarchesurlaune - dans Multimédia
commenter cet article
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 19:14

 

Le leader des moteurs de recherche change ce soir ses conditions d'utilisation. La Cnil juge que « ces nouvelles règles ne respectent pas les exigences » europénnes. Le gendarme français des données personnelles demande donc un report de leur application.

Google

« Les nouvelles règles de Google ne respectent pas les exigences de la directive européenne sur la protection des données », a prévenu Isabelle Falque-Pierrotin. Dans un courrier destiné au PDG de Google Larry Page, la présidente de la Cnil se dit « très inquiète des nouvelles possibilités de croisement de données entre les services ». Cette mise à jour implique la fusion de 60 règles d'utilisation en une seule. Dans le doute, la Commission Nationale de l'Information et des Libertés réclame un « report de leur mise en oeuvre » le temps d'une enquête. 

 

Concrètement, le géant américain pourra recouper les informations saisies sur chacun de ses services (Gmail, Google+). Grâce à des produits comme Android ou encore Analytic, la multinationale disposerait d'une vision plus globale de chacun de ses utilisateurs. « Par exemple, les nouvelles règles autoriseraient Google à afficher sur Youtube des publicités liées à l'activité de l'utilisateur sur son téléphone Android (dont l'heure et les numéros de téléphone de chaque appel) et à sa localisation », s'inquiète la Cnil.

 

Une intrusion dans la vie privée dont se défend Google. « Nous sommes convaincus que nous avons trouvé un juste équilibre avec les différentes recommandations de l'Union européenne : simplifier nos politiques tout en fournissant une information complète aux utilisateurs », remarque le responsable de la protection des données personnelles chez le leader des moteurs de recherche.

 

L'année dernière, Google  avait déjà été rappelé à l'ordre. L'entreprise avait collecté des informations privées à travers les capteurs de voitures chargées de prendre des photos pour leur programme de cartographie. La Cnil avait condamné Google  à 100 000 euros d'amende.

Repost 0
Published by onamarchesurlaune - dans Multimédia
commenter cet article
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 13:41

Les petits revendeurs d'Apple ont manifesté hier à Paris. Ils dénoncent la stratégie commerciale de la marque à la pomme. Une logique marketing qui nuit gravement aux distributeurs indépendants pour plusieurs raisons.

 

la-pomme-de-la-discorde.jpgTandis que le nouveau patron d'Apple souhaiterait donner la priorité aux « Apple Store », les distributeurs indépendants ont montré hier leur colère à Paris. Les manifestants ont évoqué des problèmes d'approvisionnement. Les petits revendeurs subissent le nombre limité de livraisons des produits Apple. Iphone 4S, iPad 2 ou encore iMac ne sont pas toujours disponibles. Les revendeurs se voient donc obligés de rediriger leurs clients.

 

De plus, pour se revendiquer vendeur Apple, les contraintes sont nombreuses. La formation des salariés et l'agencement de leurs locaux sont très contrôlés. Des « visiteurs mystères » viennent même les vérifier régulièrement. Cette pratique est courante chez les franchisés. En revanche, elle n'est normalement pas obligatoire dans le cas d'une relation de fournisseur à client. Enfin, si l'une des entreprises veut ouvrir un autre magasin, elle doit demander l'autorisation d'Apple. Mais l'entreprise informatique peut très bien refuser si elle juge que le secteur géographique est favorable à l'ouverture d'un de ses Apple Store.

 

L'entreprise eBizcuss a d'ailleurs porté plainte pour concurrence déloyale. Elle est le principal revendeur de la marque à la pomme en France, avec près de quinze boutiques sous l'enseigne ICLG. Cette chaîne commerciale estime que la baisse de son chiffre d'affaires est liée au problème d'approvisionnement et met directement en cause Apple.

Repost 0
Published by onamarchesurlaune - dans Multimédia
commenter cet article
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 22:10

 

Finis les appareils de prise de vue Kodak ! En juin prochain, la marque américaine cessera la production de camescopes, d'appareils photos et de cadres numériques. Cependant, cet arrêt était tout à fait prévisible. En effet, le 19 janvier dernier l'ancien leader de la photo avait déjà déposé le bilan. Kodak conserve néanmoins ses activités autour de l'argentique (papiers et pellicules) et des accessoires pour appareils photos (piles, batteries...).

 

L'ex-ambassadeur de l'image n'a pas su survivre à la concurrence très féroce des japonais. Une déchéance que dément le directeur marketing du groupe, Predeep Jotwani : « Depuis quelques temps, la stratégie de Kodak consiste à optimiser ses marges dans le secteur des appareils de prise de vue en réduisant sa gamme de produits, sa présence géographique et son réseau de distribution. L'annonce d'aujourd'hui est la suite logique de ce processus ».

 

Désormais, la marque américaine essaie de sauver les meubles en se consacrant uniquement sur la vente de brevets et d'imprimantes (kiosques d'impression en magasin ou encore des imprimantes à jets d'encre grand public). Le groupe d'Eastman Kodak a pour objectif : le marché de l'imagerie personnelle.

 

« Grâce à la technologie Kodak, les utilisateurs peuvent facilement créer de nombreux produits photo, où qu'ils se trouvent et à tout moment. Ils peuvent notamment réaliser des tirages et créer des livres photo, des cartes de voeux avec photo ainsi que des calendriers personnalisés (NDLR : Kodak Gallery). Ces articles peuvent être créés sur des produits de qualité Kodak, en magasin, à la maison et commandés pour une livraison à domicile », rassure Pradeep Jotwani.

 

kodak

"Kodak, c'était bien !", planche dessinée par Martin Vidberg sur son blog L'actu en patates

Repost 0
Published by onamarchesurlaune - dans Multimédia
commenter cet article
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 14:13

« Un Anonymous ne peut pas répondre seul ». A ce titre, près d'une centaine de ses membres francophones ont été interviewés par le site France Info  (article  ici). Ils y ont notamment expliqué leur principale motivation.

 

rezocitoyen_anonymous.pngplate-forme francophone des Anonymous

 

Franceinfo.fr a réussi à rentrer en contact avec une partie des Anonymous francophones. Grâce à un canal de discussion (Internet Relay Chat), le site d'informations a obtenu un entretien avec une centaine de ses membres. Une méthode d'interview essentielle puisque selon les règles de ce mouvement « tout est décidé de manière collective ».


Contrairement aux idées reçues, les Anonymous n'ont pas tous des connaissances poussées en informatique. Ils se présentent comme « le peuple d'internet » ou encore comme « des citoyens qui se battent pour garder leurs droits acquis ». D'univers et d'horizons différents, les membres de ce groupe s'allient pour la liberté d'accès aux connaissances.


« Anonymous est garant de la liberté d'expression  », c'est par ce postulat que les activistes se sont fait connaître du grand public et notamment en France. En effet, leur riposte face à la fermeture de MegaUpload n'est pas passé inaperçue. « Nous ne sommes pas une bande de gamins qui se mettent à brailler parce qu'on nous enlève notre accès facile, gratuit et sans scrupules à des œuvres audiovisuelles » se défendent-ils. Ces justiciers du Web n'ont pas pour objectif de voler les acteurs culturels.


Néanmoins, ils se disent « sensibles aux problèmes d'accès à la culture ». Pour eux, « le modèle actuel d'accès à la musique ou au cinéma est dépassé ». Un monde culturel trop élitiste qui pourrait être combattu par une licence globale, afin de « permettre aux créateurs d'être reconnus et rémunérés sans devoir passer par la chaîne du copyright qui profite à une minorité ».


En protestant contre des lois comme Hadopi en France ou encore SOPA et PIPA aux Etats-Unis, les Anonymous veulent s'en prendre « aux mouvements lobbyistes qui monopolisent la commercialisation de la connaissance ». La culture doit « être libre et accessible à tous » expliquent-ils.

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

A lire également : M pour MegaUpload

A lire également : Pourquoi WikiLeaks et les Anonymous ont raison de s'associer ?

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Repost 0
Published by onamarchesurlaune - dans Multimédia
commenter cet article
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 12:33

 Elles seraient plusieurs centaines de millions dans le monde. Ces personnes avaient toutes pris l'habitude de sauvegarder des copies de leur travail sur le site de MegaUpload. Certaines d'entre elles payaient même un abonnement pour pouvoir les stocker. Ces internautes constituaient donc la part des « clients légaux » de la plate-forme d'hébergement. Mais aujourd'hui, ils sont les victimes malheureuses de la fermeture du site d'hébergement.

 

Megaupload downLe 19 janvier dernier, la liquidation de MegaUpload a entraîné la disparition de nombreuses données... Certaines étaient pourtant téléchargées en toute légalité ! C'est le cas pour plusieurs millions de personnes qui sauvegardaient leur travail quotidien par exemple.

 

On sait que MegaUpload faisait appel à des sous-traitants (Carpathia et Cogent) pour héberger les milliards de fichiers reçus. Or, les comptes du leader du download étant bloqués, les sites hébergeurs ne sont plus rémunérés et donc ils n'ont plus l'obligation de conserver les précieuses données.

 

La justice américaine a donné son feu vert pour que les sous-traitants puissent se débarrasser de ces milliars de fichiers d'ici 15 jours. Des milliers de tétraoctets devraient donc être supprimés. Mais, tout n'est pas encore perdu. Les « victimes » ont encore 15 jours pour tenter une action.

 

Selon l'avocat spécialisé dans les nouvelles technologies, Maître Etienne Wéry il n'y a que deux recours possibles. D'abord, « un premier recours est à faire contre MegaUpload qui est leur prestataire de services. Or, étant donné leur situation actuelle, il n’y a pas grand-chose à attendre de ce côté-là pour le moment » Ensuite, « la deuxième possibilité est une plainte collective des utilisateurs contre les hébergeurs pour les forcer à restituer les données n’ayant rien d’illicite. Mais cette procédure est très couteuse aux États-Unis et il faut parvenir à démontrer que les plaignants ont subi un dommage irréparable et que les hébergeurs ont commis une faute. »

 

Cependant, pour Maître Etienne Wéry, les fichiers pourraient bien être encore préservés pour le procès. « Effacer les données des serveurs pourrait procurer un avantage à la défense qui mettrait alors en avant le fait qu’elle n’a pas droit à un procès équitable puisqu’elle ne peut pas apporter la preuve de la présence de contenus licites. » Les clefs de cette affaire demeurent donc pour le moment dans les mains des deux agences Carpathia et Cogent.

 

megaupload-copie-1.jpg

 

(Interview de Maître Etienne Wéry : ici)

 

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

A lire également : MegaUpload le Phénix renaîtra-t-il de ses cendres ?

 A lire également : M pour MegaUpload

A lire également : Pourquoi WikiLeaks et les Anonymous ont raison de s'associer ?

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

Repost 0
Published by onamarchesurlaune - dans Multimédia
commenter cet article
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 16:33

megaupload


Hier, nous avons perdu un ami porteur de trésors. MegaUpload est mort. La plus connue des plateformes de téléchargements a été victime d'un attentat terrible. Cela semble sorti tout droit d'un film trouvé en streaming sur MegaVideo, et pourtant c'est bien le FBI qui a fermé les sites du leader d'échanges de fichiers en ligne. Leur argument : « c'est une organisation criminelle internationale ». L'échangeur aux couleurs orange et noire est même accusé « de piratage massif de nombreuses œuvres soumises aux Droits d’auteurs ».


Bien entendu, les têtes pensantes de cet assassinat sont les gros porte-feuilles du monde du disque et du cinéma, qui non contentes d'engranger des milliards d'euros en veulent toujours plus. Ces mêmes personnes incriminent les internautes qui téléchargent, avec pour justification : « la sauvegarde de la culture ». Pourtant depuis l'existance d'interfaces telles que MegaUpload, jamais autant de jeunes n'avaient pu entretenir de lien si fort avec le 7ème art. Par Internet, cet ami nous faisait partager films et séries. Il faisait de la culture visuelle une réalité. Il luttait ainsi pour éliminer tout aspect élitiste sur nos connaissances télévisuelles.

 

Notre liberté est aujourd'hui farouchement en danger. La crise et surtout les capitalistes de haut rang nous clôitrent dans des cages. La censure tente de nous paralyser. Nous n'avons désormais plus aucune chance de nous en sortir si l'on nous interdit le divertissement. La culture devient un luxe que plus personne ne pourra se payer. Mais, chers amis, le vent souffle et déjà un air de "Vendetta" approche. Car aujourd'hui, au lendemain de ce crime odieux, les Anonymous ont montré leur désaccord. En effet, ces hackers ont rendu innaccessibles les sites du FBI, du ministère de la Justice américain, d'Universal Music et de l'association professionnelle du disque RIAA. Du côté français, le site de l'Hadopi est indisponible.

 

La révolution est en marche...

Anonymous-540x432.jpg 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

A lire également : MegaUpload : que vont devenir les données stockées ?

A lire également : MegaUpload : Le Phénix renaîtra-t-il de ses cendres ?

A lire également : Pourquoi WikiLeaks et les Anonymous ont raison de s'associer ?

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Repost 0
Published by onamarchesurlaune - dans Multimédia
commenter cet article