Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 12:22

Les médias en ont tous parlé aujourd'hui. Nicolas Sarkozy ne se prononce pas encore officiellement sur son arrivée en campagne mais ça y ressemble. Dans un entretien accordé au Figaro Magazine, à paraître demain, le chef de l'Etat a déjà esquissé plusieurs de ses propositions.

 

Pas encore officiellement candidat, pourtant Nicolas Sarkozy délivre déjà ses idées de programme. Dans une interview accordée au Figaro Magazine, il détaille ses souhaits. Sans surprise, ses thèmes de campagne restent les mêmes qu'en 2007 : travail, responsabilité, autorité.

 

Concernant l'emploi, Le chef de l'Etat déplore l'inefficacité des allocations chômage. « On indemnise trop longtemps le chômage et cela n'incite pas à reprendre un emploi. » explique-t-il. Le président sortant désirerait imposer une formation obligatoire pour les chômeurs sans perspective. Le demandeur d'emploi sera ensuite « tenu d'accepter la première offre correspondant au métier pour lequel il aura été nouvellement formé ».

 

Toujours dans le domaine du travail, Nicolas Sarkozy ne cache pas son envie de détruire les 35 heures au profit d'arrangements entre salariés et patronnat. « Si les salariés et le chef d'entreprise se mettent d'accord sur l'emploi, le salaire et la flexibilité, alors leur accord sera autorisé par la loi. »

 

 Face à l'augmentation du nombre de fonctionnaires, le chef de l'Etat compte imposer aux collectivités territoriales « un pacte de stabilité », comme il existe déjà pour la Sécurité sociale ou encore pour le budget de l'Etat.

 

Du côté de la « TVA sociale », Nicolas Sarkozy « récuse le terme ». Il définit cette mesure comme « une arme contre les délocalisations ». L'instigateur de cette nouvelle taxe se veut rassurant. Il promet qu'aucune augmentation sur les prix n'est à prévoir.

 

Sarkozy campagne 2012Bien que le président de la République parle de l'Education comme « un des chantiers les plus importants », il n'en reste pas moins très flou sur ce sujet. En effet, le présumé candidat à l'élection présidentielle ne donne aucune piste de réflexion.

 

Enfin, selon plusieurs sources d'informations, Nicolas Sarkozy devrait « officiellement » annoncer sa candidature d'ici la fin du mois.

Repost 0
Published by onamarchesurlaune - dans Politique
commenter cet article
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 18:35

Durant 90 jours, Raphaël Krafft et Alexis Monchovet vont effectuer 3 500 km à vélo. Les deux reporters vont sillonner le pays pour recueillir l'avis de ceux qui votent mais aussi de ceux qui ne votent pas.


carte tour velo

           Itinéraire de Raphaël Krafft et Alexis Monchovet pour « la campagne à vélo »

 

« Un road-movie présidentiel » c'est ainsi que Raphaël Krafft et Alexis Monchovet ont intitulé leur aventure. Lundi, les deux reporters sont partis à vélo, de Garges-les-Gonesse, au Nord de Paris. Leur périple devrait les amener à effectuer 3 500 km sur leur bicyclette. Grâce à des caméras embarquées, les deux journalistes vont pouvoir régulière ment nous offrir un échantillon de leurs découvertes.

 

Les deux hommes désirent rentrer dans la vie des Français et partager leur quotidien. Au gré des rencontres, ils pensent même être invités à dîner ou même à dormir chez les habitants des villes traversées. « C'est la force de la bicyclette, elle suscite l'empathie et la curiosité » détaille Raphaël Krafft. « Les gens sont bienveillants, accueillants. Et nous, on obtient une parole un peu plus authentique. En tout cas, c'est ce qu'on espère. »

 

Par cette technique d'approche très originale, les deux compères souhaitent dessiner un portrait impressionniste de la France à trois mois de l'élection présidentielle. Leurs aventures sont à suivre en temps réel sur Facebook mais aussi sur Twitter. Des épisodes de leur odyssée seront également disponibles sur ces réseaux sociaux (premier épisode disponible : ici).

 

 

Le terminus de leur voyage initiatique sera Vénissieux. Le départ et l'arrivée sont au cœur de deux banlieues : un très bon choix selon leur première interlocutrice. En effet, Sœur Claire considère ces lieux comme de véritables « laboratoires de mondialisation ».

Repost 0
Published by onamarchesurlaune - dans Politique
commenter cet article
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 12:41

Le député PS Serge Letchimy a répondu hier aux déclarations de Claude Guéant. Dans le même temps, l'Assemblée Nationale s'est transformée en véritable capharnaüm !

 

Le climat entre la gauche et la droite semble se durcir. La querelle a débuté samedi lorsque le ministre de l'intérieur Claude Guéant a déclaré lors d’un colloque que « toutes les civilisations ne se valent pas ». Immédiatement, les réactions ont fusé à gauche.

 

Mais le « vrai » clash politique est survenue après l'intervention du député apparenté PS Serge Letchimy. «Vous, M. Guéant vous privilégiez l'ombre, vous nous ramenez jour après jour à ces idéologies européennes qui ont donné naissance aux camps de concentration au bout du long chapelet esclavagiste et colonial. Le régime nazi, si soucieux de purification, était-ce une civilisation ? », a-t-il déclaré hier.

 

 

Serge Letchimy, député PS 

 

Par média interposé, cela semble être la guerre entre le Parti Socialiste et l'UMP. « C'est une provocation de dire qu'il y a une hiérarchie entre les civilisations », s'est indigné François Hollande. Le candidat PS dénonce une volonté de désolidariser les Français. « La responsabilité que je me donne  c'est de les rassembler, c'est de les réunir, c'est de les réconcilier et ce n'est pas d'entretenir les guerres internes ». Ce matin, la première secrétaire du Parti Socialiste s'est ralliée à son chef de parti. Elle a également pointé du doigt Claude Guéant : « Il passe son temps à provoquer et feint ensuite de s'étonner qu'il y ait des réactions ». 

 

La droite veut des « excuses » 

 

Tandis que la gauche campe sur ses positions, la droite réclame des excuses. Ce matin sur LCI, le chef de file des députés UMP, Christian Jacob a parlé d'« un incident très grave. Les propos tenus par Serge Letchimy sont inacceptables et inadmissibles. C'est une attitude antirépublicaine, je souhaite qu'à minima M. Letchimy présente ses excuses ou que le PS se démarque de la position de ce parlementaire. »

 

En outre, « le sens des propos de Claude Guéant a été profondément détourné » explique Valérie Pécresse, porte-parole du gouvernement. « Si le mot civilisation était sans doute impropre, les valeurs que  nous défendons : de droits de l'homme, de démocratie, d'égalité hommes-femmes  sont des valeurs supérieures aux valeurs de la tyrannie, de l'oppression, de l'asservissement des femmes » détaille-t-elle.

 

De son côté, le ministre de l'intérieur Claude Guéant a accusé le député Serge Lechimy d' « instrumentaliser la mémoire de la Shoah ». L'homme de qui vient le débat s'est exprimé  :  « j'ai du mal à comprendre le cheminement intellectuel de M. Letchimy parce que dans les propos que j'ai tenus, il n'y avait que des valeurs d'humanisme, le rappel de valeurs de la République » . En effet dans le raisonnement de Claude Guéant « une civilisation n'est pas figée pour l'éternité, cela évolue. Notre civilisation française d'aujourd'hui est la meilleure que la civilisation de la France qui tolérait l'esclavage et la France qui pratiquait la peine de mort ».Selon lui, les civilisations « s'améliorent ». Le ministre de l'Intérieur a conclu avec ironie que « certains s'améliorent moins que d'autres ».

Repost 0
Published by onamarchesurlaune - dans Politique
commenter cet article
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 17:01

 

En ce moment, on ne parle plus que d'elle. Pourtant, elle n'est pas candidate aux prochaines présidentielles. Déjà appelée « TVA Sarkozy », elle pourrait bien être un des enjeux de la campagne des prochaines présidentielles.

 

Nicolas Sarkozy l'a annoncé officiellement dimanche soir : la TVA va augmenter. Le chef de l'Etat souhaiterait, qu'à partir du 1er octobre, cette taxe soit rehaussée de 1,6 point. A droite, on salue cette décision. Alain Juppé, ministre des affaires étrangères, a évoqué une mesure « audacieuse, juste et efficace », même s'il reconnaît qu'elle est « impopulaire ».

 

L'ex-premier ministre Dominique de Villepin est en partie favorable à ce changement. En revanche, il a exprimé son désaccord sur le calendrier. A moins de trois mois des présidentielles, « ce que je crains, c'est que ces idées soient gâchées par la précipitation ». Toutefois, le prétendant à l'Elysée désirerait une hausse plus significative de la TVA (2,5 points) afin que «l'effet se sente sur le coût du travail ».

 

024_arrogant.gifDu côté socialiste, on fustige la proposition de Nicolas Sarkozy. Selon François Hollande, cette augmentation est « injuste, infondée et improvisée ». S'il est élu, le candidat socialiste promet de rectifier cette mesure (cf dessin emprunté sur le merveilleux blog de l'Actualité en Patates).

 

Pour Martine Aubry cette intervention du chef de l'Etat ne la surprend pas. Pour elle, le président de la République profite de ses dernières semaines de sacre pour faire passer tout ce qu'il peut encore faire passer. « Il a commencé en aidant les plus priviligiés, avec notamment le bouclier fiscal, et il termine en faisant payer les classes populaires et moyennes. » a-t-elle désapprouvé.

 

« Cadeau au patronnat »

 

La gauche semble unanime. Jean-Luc Mélanchon s'est lui aussi élevé contre cette « TVA Sarkozy ». Le candidat du Front de Gauche déplore cette nouvelle attaque faite aux classes moyennes : « Ca va saigner toujours pour les mêmes ». Benoît Hamon, porte-parole du PS, affirme que cette mesure n'est qu'une pâle copie de projets menés par Laurence Parisot (patronne du Medef) et Angela Merkel (chancelière allemande). Cela donne « l'impression que ce sont ces deux femmes qui murmurent à l'oreille du président » s'est-t-il indigné. Enfin, pour le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent c'est clairement « un cadeau fait au patronnat ».

 

Ayant pour « but présumé » d'éviter les délocalisations, cette « TVA sociale » est une « escroquerie » affirme Cécile Duflot, à la tête d'EELV (Europe Ecologie Les Verts). Enfin, Nicolas Dupont-Aignan, candidat souverainiste, pense que cette mesure n'est en réalité qu'un « troisième plan de rigueur déguisé ».

 

Une hausse des prix ?

 

Interviewé par les Echos, Frédéric Lefebvre affirme que cette hausse de la TVA n'aura pas de répercution sur les prix (interview disponible  ici). Pour lui, les PME (Petites et Moyennes Entreprises) compenseront l'évolution de la TVA en abaissant le prix des transactions.

 

388603 217765711640140 1144411363 nDans sa démonstration, le secrétaire d'Etat aux PME prend pour exemple l'Allemagne. Notre consoeur européenne a elle aussi augmenté sa TVA. Là-bas, cette dernière a gagné 3 points, et la hausse des prix ne serait que très faible. Frédéréric Lefebvre rappelle que la TVA française n'augmentera « que » de 1,6 points, soit moitié moins qu'en Allemagne, ce qui garantirait une stabilisation des prix. « J'ai d'autant moins de craintes que le choix a été fait de ne pas viser l'alimentation, les produits de première nécessité, les services à la personne, la restauration ou le bâtiment, mais des produits dont la forte pression concurrentielle devrait permettre d'éviter une hausse des prix. » a-t-il conclu sur ce sujet.



 

Repost 0
Published by onamarchesurlaune - dans Politique
commenter cet article
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 16:42

 

Candidat déclaré ou non, le temps de parole de Nicolas Sarkozy sera décompté. En effet, demain, le président de la République devrait évoquer le bilan de son quiquennat à la télévision. L'organisme de contrôle de l'audiovisuel assure que même si le chef de l'Etat n'est pas officiellement candidat, il sera traité comme tel.


temps-parole-csa-conseil-detat-sarkozy-mediac-L-1.png

Le CSA décomptera le temps de parole du Président. L'organisme de contrôle répond ainsi à une demande du député du Parti Socialiste Didier Mathus. « Dans sa recommandation du 30 novembre 2011 relative à l'élection présidentielle, le Conseil impose aux chaînes de décompter le temps de parole du président de la République, ainsi que le temps d'antenne qui lui est consacré, lorsqu'il intervient en tant que  "candidat présumé", » a indiqué le président du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel Michel Boyon. « C'est notamment le cas pour celles de ses interventions qui contribuent à dresser un bilan de l'action passée ou qui exposent les éléments d'un programme politique », a détaillé le président du CSA. En revanche, les propos "régaliens", comme un hommage aux soldats français en Afghanistan, par exemple, ne seront pas décomptés.

 

Néanmoins, Didier Mathus reste septique. Pour lui, l'intervention présidentielle est une atteinte « à l'équité de traitement entre candidats », puisque « le président sortant-candidat monopolisera six chaînes au même moment ». En effet, vous pourrez suivre son allocution sur TF1, France 2, i-Télé, BFM TV, LCI mais aussi sur les chaînes parlementaires. Une opinion partagée par le secrétaire national du PS chargé des médias. Patrick Bloche a estimé que Nicolas Sarkozy « monopolise une nouvelle fois les antennes » pour « sa communication ». Il regrette que cela ne « semble pourtant pas émouvoir » le CSA.

 

Du côté de l'organisme de contrôle, Michel Boyon se défend de tout favoritisme. « Le choix d'une personnalité politique reçue pour répondre aux questions de journalistes relève entièrement de la liberté éditoriale des chaînes ». Cependant, « Le Conseil veillera à ce que les équilibres exigés par les textes (...) soient respectés », a-t-il conclu.

 

 

tps-de-paroles-csa.jpg

 

Repost 0
Published by onamarchesurlaune - dans Politique
commenter cet article
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 19:29

Invité ce matin sur RTL, François Bayrou a réagi sur l'actualité politique.

 

 

 

 

François Bayrou était invité ce matin sur RTL. Le candidat centriste a bien entendu évoqué la prestation de François Hollande, hier, au Bourget (Seine-Saint-Denis). «Ça ressemblait beaucoup au meeting de Nicolas Sarkozy il y a cinq ans, avec les mêmes thèmes et les mêmes trucs.» a-t-il commenté à l'antenne.

E
nfin, contrairement à François Hollande, pour le chef de file du Modem, ce n'est pas le secteur de la finance l'ennemi mais le chômage. Cest donc sur cet axe que François Bayrou aligne ses propositions de campagne. En outre, le problème de la délocalisation de l'emploi est évoqué. L'homme du « acheter français » voudrait faire renaître l'économie française et qu'elle devienne plus autosuffisante.

 

Ce week-end, l'évocation claire d'une défaite du président sortant par le principal intéressé, ne semble pas étonner François Bayrou. Le centriste constate les échecs de Nicolas Sarkozy et de son programme économique... Décidément la chute dans les sondages du président français semble réussir au candidat centriste.

 


Repost 0
Published by onamarchesurlaune - dans Politique
commenter cet article
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 10:36

 

montage françois hollande

Aujourd'hui l'ensemble de la presse revient sur l'intervention de François Hollande. Hier, le candidat socialiste s'est rendu au Bourget. Il y a donné son premier grand meeting devant près de 20.000 partisans et sympathisants PS. Par ce discours, Mediapart estime que « François Hollande s'installe à gauche ». En outre, le leader socialiste affiche clairement son ennemi de campagne. Rue89 rapporte d'ailleurs ses paroles : « Mon véritable adversaire, il n'a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera jamais élu et pourtant il gouverne. Cet adversaire, c'est le monde de la finance. » (cf article : Hollande : ne m'appelez plus jamais "gauche molle")

 

De son côté, France Info détaille «  les propositions du candidat Hollande ». D'abord François Hollande prévoit une réforme fiscale reposant sur la fusion de l'impôt sur le revenu et de la CSG. Ensuite, il pense taxer à 45% ceux qui gagnent plus de 150.000 euros par an. Le candidat promet également de soutenir la construction de logements et de doubler le plafond du Livret A. Autres propositions, celles d'interdire les stock-options et de mettre en place une véritable taxe sur les transactions financières. L'homme de gauche veut aussi créer une banque publique d'investissements et souhaite ouvrir un livret d'épargne pour l'industrie. Enfin, François Hollande propose de renégocier l'accord du 9 décembre dernier concernant la zone euro.

 

Le Figaro.fr revient sur le virage du candidat consernant les services publics. Le socialiste veut lutter contre les déserts médicaux. Côté éducation, François Hollande veut embaucher 60.000 enseignants de plus en cinq ans. Pour ce qui est des forces de l'ordre, le prétendant à l'Elysée voudrait créer 1.000 postes supplémentaires chaque année dans la police mais aussi dans la justice. En conclusion, comme le titre le Figaro.fr c'est « un projet très socialiste ».

 

 

 

 

Repost 0
Published by onamarchesurlaune - dans Politique
commenter cet article